D’autres « Vincent » sont dans des situations comparables. Nous avons souhaité ici leur donner la parole. Voici donc le témoignage d’Astrid Nielsen, épouse de Lasse Nielsen, qui est en état pauci-relationnel.

Je partage avec vous un simple instant de notre vie avec Lasse, mon mari.

Dans cette vidéo, vous nous verrez, mon mari et moi, dans une situation d’interaction quotidienne comme nous en vivons tant ! Ces instants, nous les transmettons habituellement et régulièrement à nos proches, aux soignants et au monde qui nous entoure.

Aujourd’hui, ces images constituent à mes yeux un témoignage de vitalité. Elles permettent de poser un regard encourageant sur l’état de santé de mon mari.

Je veux que ce message, sans aucun mot, mais ce vrai message en image, vous évoque toutes ces personnes handicapées, invalides, en état de grande dépendance, toutes les personnes en état pauci-relationnel. Si vous les connaissiez, si vous vous penchiez sur elles et sur leur différences, vous sauriez qu’elles sont capables de vous étonner, de vous transmettre de la joie et de solliciter votre réflexion…

Je veux aussi que ce message soit un sourire et un soutien à toutes les personnes qui au quotidien entourent ces grands handicapés. A côté de ces derniers qui se battent, ces personnes, soignants, parents, proches, sont en effet par leur ténacité porteuses d’espoir et de réconfort. Merci de ne pas les regarder de haut ni de les juger… Nous sommes là chaque jour à domicile autour de mon mari pour nouer une relation et le stimuler comme il se doit avec amour, respect et tolérance. C’est grâce à nos  présences stimulantes que l’on observe ça et là de grands progrès.

Lasse et moi continuons à vivre des jours heureux depuis 32 ans maintenant. Nous poursuivons tous les jours ce que nous avons toujours fait et partagé (confidences, sorties, musées, shopping, restaurant, balade au bord de l’eau…).

Certes, il y a des obstacles quotidiens qui parfois découragent et nous démunissent mais jamais ne nous anéantissent..

Ces grands handicapés vivent et ne sont pas en phase terminale. Ne les abandonnons pas.