Je soutiens Vincent

Comité de soutien à Vincent Lambert

Déjà 70036 soutiens !

Category: Les autres Vincent

Ma fille, pendant 10 ans dans le même état que Vincent, en est sortie

 Le comité de soutien a reçu le 20 juillet un nouveau témoignage d’une mère de traumatisé crânien. En quelques lignes elle nous rappelle que l’enjeu dépasse la personne de Vincent.

Bonjour,

Ma fille est aussi traumatisée crânienne, comme Vincent.

Je ne pourrai être présente jeudi pour entourer Vincent et sa famille.

Ce que je peux vous dire, c’est que ma fille diagnostiquée « état pauci-relationnel », est sortie de l’état pauci-relationnel 10 ans plus tard: grammaire, lecture sans lacune; maths niveau 3ème , communication. Elle est toujours nourrie par sonde , et on reprend depuis peu la rééducation alimentaire avec de la mousse au chocolat.

Je voudrais rajouter que ça me rend malade de voir qu’une mère soit obligée de se défendre bec et ongles la vie de son enfant.

Je suis écoeurée de la désinformation qui a été faite autour de Vincent, avec beaucoup de mensonges et de mauvaise foi.

Sachez que votre combat est aussi celui de milliers actuels et à venir.

Je ne veux pas écrire au Président de la République, Monsieur Hollande. J’ai voté pour lui en 2012. Je croyais qu’il garantissait les grandes valeurs universelles.

Rappelez-lui l’abolition de la peine de mort  portée par Monsieur Badinter et votée en 1981, pendant la présidence de Monsieur Mitterrand.

Montrez-lui ce message, si vous le voulez. Le lira-t-il seulement : Monsieur le Président, faut-il vous supplier, se mettre à genoux pour  implorer votre grâce ?

Je suis avec vous .

Mon fils, Franck.

  franck-melissa-bFranck

Le 4 octobre 2001, mon fils a été victime d’un grave accident de la route. Il n’a pas été blessé mais a subi un arrêt cardiaque. Les secours sont arrivés sur le lieu assez rapidement mais Franck a quand même manqué d’oxygène ; son cerveau en a gardé des séquelles. Tout fonctionne normalement chez Franck, il y a juste son cerveau qui n’arrive plus à commander.

Franck est aujourd’hui dans son petit monde à lui. Il est toujours heureux et souriant. Il reconnaît tout le monde.  Quand il entend arrivé quelqu’un  qu’il connaît, il se met à bouger et émet des sons de satisfaction. Certains diront que ce peu de communication est frustrant, moi je dis que c’est déjà beaucoup quand on sait d’où il vient.

Mon fils a effectivement fait beaucoup de progrès. Quand il était en réanimation juste après l’accident, il a fait  de violentes crises neuro-végétatives. Un médecin m’a dit alors sans grand ménagement qu’il sera toujours dans cet état. La réalité a été tout autre.
Franck a été accueilli dans un centre spécialisé pour grands handicapés à Bethel en juin 2002. Toute une équipe très professionnelle et attentive s’est occupée de lui. En 2003, Franck a pu regagner la maison dans laquelle nous avons fait quelques aménagements. Je peux vous dire que mon fils a alors changé du tout au tout.  Il a fait des progrès gigantesques.  Maintenant, mon fils est capable de lever un bras ou tirer la langue quand je lui demande. Chaque petit geste est pour moi merveilleux.

Je vous assure que l’environnement joue énormément pour ces personnes. Se sentir en sécurité, savoir qu’il y a quelqu’un dans la pièce d’à côté sont des conditions qui leur permettent d’aller de l’avant. Si on les laissait dans une chambre seules, elles ne pourraient pas évoluer. Je pense souvent à Vincent Lambert et aux personnes en état pauci-relationnel que l’on abandonne dans un coin.

Franck2

Si l’on ne fait rien, Vincent Lambert va dépérir. Il faut d’urgence le sortir de son hôpital et le placer dans un centre spécialisé. Il y a souvent dans ces affaires des questions financières. Cela me révolte que l’on mette sur la balance le coût des soins et la vie même d’un être humain. Personne n’a le droit de décider de la mort d’un autre. Même pas la justice. Les juges ne savent pas de quoi ils parlent. Je souhaite de tout cœur que l’on écoute la voix de Viviane Lambert, une mère qui a porté son fils et qui veut le récupérer chez elle.

Josy Stenger, mère de Franck, en état pauci-relationnel.

Avec Lasse Nielsen

D’autres « Vincent » sont dans des situations comparables. Nous avons souhaité ici leur donner la parole. Voici donc le témoignage d’Astrid Nielsen, épouse de Lasse Nielsen, qui est en état pauci-relationnel.

Je partage avec vous un simple instant de notre vie avec Lasse, mon mari.

Dans cette vidéo, vous nous verrez, mon mari et moi, dans une situation d’interaction quotidienne comme nous en vivons tant ! Ces instants, nous les transmettons habituellement et régulièrement à nos proches, aux soignants et au monde qui nous entoure.

Aujourd’hui, ces images constituent à mes yeux un témoignage de vitalité. Elles permettent de poser un regard encourageant sur l’état de santé de mon mari.

Je veux que ce message, sans aucun mot, mais ce vrai message en image, vous évoque toutes ces personnes handicapées, invalides, en état de grande dépendance, toutes les personnes en état pauci-relationnel. Si vous les connaissiez, si vous vous penchiez sur elles et sur leur différences, vous sauriez qu’elles sont capables de vous étonner, de vous transmettre de la joie et de solliciter votre réflexion…

Je veux aussi que ce message soit un sourire et un soutien à toutes les personnes qui au quotidien entourent ces grands handicapés. A côté de ces derniers qui se battent, ces personnes, soignants, parents, proches, sont en effet par leur ténacité porteuses d’espoir et de réconfort. Merci de ne pas les regarder de haut ni de les juger… Nous sommes là chaque jour à domicile autour de mon mari pour nouer une relation et le stimuler comme il se doit avec amour, respect et tolérance. C’est grâce à nos  présences stimulantes que l’on observe ça et là de grands progrès.

Lasse et moi continuons à vivre des jours heureux depuis 32 ans maintenant. Nous poursuivons tous les jours ce que nous avons toujours fait et partagé (confidences, sorties, musées, shopping, restaurant, balade au bord de l’eau…).

Certes, il y a des obstacles quotidiens qui parfois découragent et nous démunissent mais jamais ne nous anéantissent..

Ces grands handicapés vivent et ne sont pas en phase terminale. Ne les abandonnons pas.

 

© 2017 Je soutiens Vincent

Theme by Anders NorenUp ↑