VL (002)

Les semaines passées ont été calmes mais l’affaire Vincent Lambert est comme l’eau qui dort : il faut rester vigilant. La preuve avec deux actualités importantes, l’une chargée d’espoir, la seconde beaucoup moins… Lundi, 1er février, sera examinée par un juge rémois la demande de mise sous tutelle de Vincent Lambert afin de protéger ses intérêts. Nous avons interrogé pour vous les avocats de Viviane Lambert. Quasi dans le même temps, le Parlement vient de voter un texte sur la fin de vie.

1) Une mise sous tutelle examinée lundi : gage d’espoir ?

Maîtres Jean Paillot et Jérôme Triomphe, avocats de Viviane Lambert apportent leur éclairage sur l’enjeu de l’audition du lundi 1er février, qui pourrait aboutir à la nomination d’un tuteur à la fin du mois de février.

A priori, la désignation annoncée d’un tuteur est-elle une avancée positive dans l’affaire ?

Maîtres : Oui, la nomination d’un tuteur serait une avancée positive. Attention, le seul fait de saisir un juge des tutelles ne signifie pas nécessairement qu’un tuteur va être nommé. La partie n’est donc pas gagnée et le juge sera amené à réfléchir, non pas seulement sur le nom du tuteur, mais d’abord sur l’opportunité de cette mesure. A notre avis, une telle nomination serait pertinente, car elle permettrait de faire valider par un tiers le bien fondé de notre position, consistant à ce qu’un transfert soit ordonné et que les soins nécessaires soient repris. Les éléments médicaux que nous apportons en ce sens devraient nous permettre d’obtenir gain de cause.

Qui peut être désigné : un membre de la famille ou au contraire une personne extérieure, un expert, un médiateur ?

Maîtres : De façon habituelle, un membre de la famille est nommé, et dans les cas difficiles, un tiers peut être nommé. Dans ce cas de figure, où l’antagonisme familial est fort, une personne extérieure à la famille serait plus indiquée, voire une personne morale.

Comment les parents de Vincent Lambert vivent-ils cette nouvelle étape ?

Maîtres : Ils sont confiants. Il est nécessaire de sortir de l’impasse actuelle. La nomination d’un tuteur fera avancer la situation actuelle, qui n’est pas admissible et qui n’est plus tenable.

2) Les parlementaires votent une loi alarmante sur la fin de vie

Interrogé par Gènéthique, site d’information sur la bioéthique, Maître Jean Paillot explique avec rigueur les problèmes que soulève ce texte pour les grands handicapés, les risques pour ces derniers et ce que sous-tend de radical l’esprit de cette loi.

Extrait :   » Il ne faut pas être dupe : ce texte ouvre la porte aux euthanasies par omission, dès lors qu’il admet la légitimité d’un arrêt d’alimentation et d’hydratation artificielles d’une personne handicapée et incapable de donner elle-même son consentement, arrêt dont les conditions d’accès ne sont pas parfaitement précises et sont insuffisamment entourées de garanties. « 

Lire l’intégralité de l’entretien sur Gènéthique