Je soutiens Vincent

Comité de soutien à Vincent Lambert

Déjà 105613 soutiens !

Mon fils, Franck.

  franck-melissa-bFranck

Le 4 octobre 2001, mon fils a été victime d’un grave accident de la route. Il n’a pas été blessé mais a subi un arrêt cardiaque. Les secours sont arrivés sur le lieu assez rapidement mais Franck a quand même manqué d’oxygène ; son cerveau en a gardé des séquelles. Tout fonctionne normalement chez Franck, il y a juste son cerveau qui n’arrive plus à commander.

Franck est aujourd’hui dans son petit monde à lui. Il est toujours heureux et souriant. Il reconnaît tout le monde.  Quand il entend arrivé quelqu’un  qu’il connaît, il se met à bouger et émet des sons de satisfaction. Certains diront que ce peu de communication est frustrant, moi je dis que c’est déjà beaucoup quand on sait d’où il vient.

Mon fils a effectivement fait beaucoup de progrès. Quand il était en réanimation juste après l’accident, il a fait  de violentes crises neuro-végétatives. Un médecin m’a dit alors sans grand ménagement qu’il sera toujours dans cet état. La réalité a été tout autre.
Franck a été accueilli dans un centre spécialisé pour grands handicapés à Bethel en juin 2002. Toute une équipe très professionnelle et attentive s’est occupée de lui. En 2003, Franck a pu regagner la maison dans laquelle nous avons fait quelques aménagements. Je peux vous dire que mon fils a alors changé du tout au tout.  Il a fait des progrès gigantesques.  Maintenant, mon fils est capable de lever un bras ou tirer la langue quand je lui demande. Chaque petit geste est pour moi merveilleux.

Je vous assure que l’environnement joue énormément pour ces personnes. Se sentir en sécurité, savoir qu’il y a quelqu’un dans la pièce d’à côté sont des conditions qui leur permettent d’aller de l’avant. Si on les laissait dans une chambre seules, elles ne pourraient pas évoluer. Je pense souvent à Vincent Lambert et aux personnes en état pauci-relationnel que l’on abandonne dans un coin.

Franck2

Si l’on ne fait rien, Vincent Lambert va dépérir. Il faut d’urgence le sortir de son hôpital et le placer dans un centre spécialisé. Il y a souvent dans ces affaires des questions financières. Cela me révolte que l’on mette sur la balance le coût des soins et la vie même d’un être humain. Personne n’a le droit de décider de la mort d’un autre. Même pas la justice. Les juges ne savent pas de quoi ils parlent. Je souhaite de tout cœur que l’on écoute la voix de Viviane Lambert, une mère qui a porté son fils et qui veut le récupérer chez elle.

Josy Stenger, mère de Franck, en état pauci-relationnel.

1 Comment

  1. Rétablir l’alimentation et l’hydratation sont les premiers soins qui permettent de respecter la vie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2018 Je soutiens Vincent

Theme by Anders NorenUp ↑