Le comité de soutien a reçu le 20 juillet un nouveau témoignage d’une mère de traumatisé crânien. En quelques lignes elle nous rappelle que l’enjeu dépasse la personne de Vincent.

Bonjour,

Ma fille est aussi traumatisée crânienne, comme Vincent.

Je ne pourrai être présente jeudi pour entourer Vincent et sa famille.

Ce que je peux vous dire, c’est que ma fille diagnostiquée « état pauci-relationnel », est sortie de l’état pauci-relationnel 10 ans plus tard: grammaire, lecture sans lacune; maths niveau 3ème , communication. Elle est toujours nourrie par sonde , et on reprend depuis peu la rééducation alimentaire avec de la mousse au chocolat.

Je voudrais rajouter que ça me rend malade de voir qu’une mère soit obligée de se défendre bec et ongles la vie de son enfant.

Je suis écoeurée de la désinformation qui a été faite autour de Vincent, avec beaucoup de mensonges et de mauvaise foi.

Sachez que votre combat est aussi celui de milliers actuels et à venir.

Je ne veux pas écrire au Président de la République, Monsieur Hollande. J’ai voté pour lui en 2012. Je croyais qu’il garantissait les grandes valeurs universelles.

Rappelez-lui l’abolition de la peine de mort  portée par Monsieur Badinter et votée en 1981, pendant la présidence de Monsieur Mitterrand.

Montrez-lui ce message, si vous le voulez. Le lira-t-il seulement : Monsieur le Président, faut-il vous supplier, se mettre à genoux pour  implorer votre grâce ?

Je suis avec vous .